Charles Baudelaire

Si tu es en classe de première, et que tu t’apprêtes à passer le bac de français à la fin de l’année, tu vas certainement travailler sur l’œuvre du célèbre Charles Baudelaire.

Le programme de français de la classe de première propose l’objet d’étude : la poésie du XIXe siècle au XXIe siècle, dans lequel figurent Les Fleurs du mal (1857) avec le parcours associé : alchimie poétique : la boue et l’or.

Tu dois donc connaître la biographie de Charles Baudelaire et le résumé des enjeux des Fleurs du mal pour réussir l’écrit et l’oral de français du bac 2021 !

N'oublie pas aussi de regarder les biographies de Victor Hugo et de Guillaume Apollinaire.

 1) Quelles sont les grandes étapes de la vie de Charles Baudelaire ?

Charles Baudelaire est né à Paris le 9 avril 1821. Son père, âgé, meurt 6 ans plus tard. Sa mère se remarie avec le commandant Aupick envers qui Baudelaire ressent aussitôt une franche aversion. Sa révolte est si violente qu’elle lui inspire toutes les provocations. Il fréquente des prostituées, plonge dans les dérives de la drogue, etc. Aussi critique d’art, il défend avec fougue les artistes romantiques comme Delacroix. Sa santé est très ébranlée par l’alcool, la drogue et les désordres de sa vie. Malade, usé par la vie, à peu près ignoré de ses contemporains, moqué, il meurt à Paris, à 46 ans.

2) Si on devait définir son œuvre en une phrase, on dirait … ?

J’utiliserais l’expression de Jean d’Ormesson dans son œuvre Une autre histoire de la littérature française : Baudelaire représente la « Splendeur et misère du génie ».

3) A quel mouvement littéraire l’associe-t-on ?

Baudelaire n’appartient pas à un seul mouvement littéraire.

 

Ainsi il n’appartient ni au Symbolisme, ni au Parnasse, les deux mouvements littéraires marquant la dernière partie du XIXe siècle, certains aspects de son œuvre sont même d'inspiration romantique (qui est le mouvement du début du 19 ème siècle).

On peut dire de lui que c’est un romantique finissant, le dernier des romantiques dont il a hérité le désespoir et le goût du malheur, un précurseur du symbolisme avec son concept des correspondances et son sens de l'esthétisme le rapproche des Parnassiens (qui ont le goût de la beauté de la forme du texte, comme Théophile GAUTIER).

 

4) Quelles sont ses œuvres majeures ?

Contrairement à Victor HUGO, aussi au programme de première, qui a une œuvre immense, Baudelaire passe à la postérité avec un seul volume : Les Fleurs du mal parues en 1857 et rééditées après un procès pour « outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs » avec 6 pièces en moins en 1861.

1860 : Les paradis artificiels

1866 : Le Spleen de Paris

Les épaves : 6 pièces censurées et 16 pièces nouvelles.

1868 : Les Fleurs du mal en posthume avec 12 poèmes inédits.

1869 : Curiosités esthétiques  (posthume)

5) Quels sont les principaux axes de réflexion de son œuvre Les Fleurs du mal

La parution des Fleurs du mal en 1857 fait immédiatement scandale. Baudelaire est traîné en justice ; condamné, il doit supprimer dans la deuxième édition plusieurs pièces jugées immorales ou pornographiques en 1861.

 

Celles-ci seront regroupées plus tard à la suite du recueil sous le nom les « Epaves ».

Dès le titre, l’œuvre semble vouloir choquer : ne s’agit-il pas d’extraire la beauté du mal ? Les six sections qui composent l’œuvre sont : « Spleen et Idéal », « Tableaux parisiens », « Le Vin », « Fleurs du mal », « Révolte », « La mort ». Ce sont les étapes d’un itinéraire symbolique à travers toutes les souffrances et les désordres de l’âme.

L’œuvre est ainsi déchirée entre deux principes contradictoires, le Spleen qui est l’angoisse et le dégoût universel, ou l’Idéal, le plus souvent identifié à la haute mission du poète en quête de beauté et de perfection.

A la recherche d’un apaisement, elle expérimente tour à tour les plaisirs des sens, les évasions artificielles du vin ou de l’opium, le rêve et le souvenir, voire le satanisme provocateur.

Plus qu’une autobiographie versifiée, Les Fleurs du mal tendent à démontrer la maîtrise absolue de l’artiste sur le matériau chaotique du vécu. La poésie offre à Baudelaire un monde rêvé où tout ne serait qu’ « ordre et beauté. »