conseils de lecture pour enrichir ta culture littéraire au lycée et au bac de français

Pour réussir en français, un des secrets, c'est de lire ! La lecture est parfois une passion, parfois une corvée, mais pourtant si on n'y goûte pas, on ne sait pas le plaisir que peut procurer une oeuvre qui nous touche. Pour cela, il faut essayer de lire le plus possible de livres d'époques et de genres différents. 

 

C'est parfois difficile de s'y retrouver au milieu des nombreuses œuvres qui constituent notre patrimoine littéraire. 

 

Pour t'aider à y voir plus clair et à faire ton choix, je te présente tout d'abord 15 grandes œuvres classiques pour vraiment te préparer au bac de français puis 8 livres plus contemporains qui vont te permettre d'enrichir ta culture générale et littéraire.

Si tu souhaites te les procurer, n'hésite pas à cliquer sur le titre des œuvres (affiliation Amazon).

 1) Les classiques

Commençons par les romans.

François Rabelais, Gargantua (1535), Pantagruel (1534)

Gargantua et Pantagruel sont des géants, Pantagruel est le fils de Gargantua. Leurs aventures sont très amusantes à lire et portent également à réflexion. L’humour de Rabelais est parfois très cru.

Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves (1678)

Ce roman est l’histoire d’une passion qu’une femme de vertu essaie de contenir…La question qui se pose est la suivante : l’amour aurait-il raison de la vertu ?

Voltaire, Candide (1759)

Il s'agit d'un court conte philosophique qui nous raconte les aventures d’un héros naïf nommé Candide, qui va découvrir le monde au cours de nombreuses péripéties. Voltaire fait un nom grand usage de l’ironie, ce qui rend le livre très agréable à lire et très intéressant puisque le second niveau de lecture nous invite à beaucoup de réflexions.

Diderot, Jacques le fataliste (1784)

Ce roman raconte le voyage de Jacques avec son maître. Mais le but du récit n’est pas là. Jacques va raconter ses histoires d’amour à son maître, mais celles-ci sont sans cesse interrompues. Plusieurs récits s’entremêlent dans ce roman qui permet une réflexion sur la place de l’homme dans l’univers et qui permet aussi de diffuser les idées des lumières. Ce roman permet aussi de réfléchir sur le genre romanesque lui-même : comment se construit-il ? Quelle est la place du narrateur ? Quel est le rôle du lecteur ?

Stendhal, Le Rouge et le Noir (1830)

Julien Sorel est un jeune homme ambitieux, issu du milieu artisan de la province normande. Il va commencer à prendre de l’assurance grâce à la rencontre de Madame de Rênal, mariée, ayant des enfants, avec qui il va vivre une aventure sentimentale très forte. Il monte ensuite à Paris où ses ambitions se concrétisent, notamment par la rencontre d’une autre femme importante, Mathilde de la Môle. Finalement, la grande question de ce roman c’est : peut-on allier amour et ambition ? Ce roman raconte donc l’aventure sentimentale et sociale d’un jeune homme au début du XIXe siècle.

Flaubert, Madame Bovary (1857)

Une jeune femme prénommée Emma ne connaît rien de la vie sinon ce qu’elle a lu dans les romans d’aventures et d’amour, elle s’imagine donc que la vie ressemble à ses lectures. Elle va déchanter en se mariant avec Charles Bovary, médecin très terre à terre, sans folie, sans imagination. Emma va tenter de réaliser ses rêves en prenant des amants mais décidément, le monde ne semble pas correspondre à ses rêves ! C’est un roman de la désillusion.

Maupassant, Pierre et Jean (1888)

Un couple de retraités parisiens vit au Havre avec ses deux fils. Le cadet, Jean, est blond et sage ; l’aîné, noir et emporté. La rivalité entre les deux frères ne fait aucun doute. Ce qui va mettre le feu aux poudres, c’est l’héritage d’un vieil ami de la famille, Léon Maréchal, laisse à Jean. Pierre ne comprend pas pourquoi Jean seulement. Il plonge alors dans le passé de sa mère, à la recherche d’un secret de famille.

Camus, L’Etranger (1942)

Le narrateur est le personnage principal, il n’est pas comme les autres. Il vit en Algérie, il ne s’en ne rien faire comme il se doit, il ne semble notamment pas triste lors de l’enterrement de sa mère, il en parle avec indifférence. Le roman bascule avec le meurtre qu’il va commettre et pour lequel il va être condamné.

On passe aux pièces de théâtre françaises.

Corneille, Cinna (1641)

Auguste est empereur de Rome, et il y est parvenu notamment grâce à l’élimination de ses rivaux. Émilie, amoureuse de Cinna, et fille d’un homme tué par Auguste, veut se venger et associe Cinna son projet. Mais, surprise, Auguste, qui aime Cinna, lui demande son avis : doit-il rester au pouvoir non ? Cinna l’encourage à rester au pouvoir populaire à midi qui veut absolument se venger de lui : il n’est plus au pouvoir, il n’y a plus de raison de le tuer. Cinna est donc partagé entre un dilemme entre sa raison et son cœur.

Molière, L’Ecole des femmes (1662)

Molière propose ici une réflexion sur l’éducation et particulièrement celle des femmes. Comme pour la plupart des comédies classiques, le but est de faire rire tout en proposant une réflexion sérieuse.

Marivaux, Le Jeu de l’amour et du hasard (1730)

Le père de Sylvia annonce à cette dernière qu’il va lui présenter son prétendant. Mais Sylvia ne peut pas se marier avec n’importe qui. Elle décide d’échanger son statut avec celui de sa servante Lisette. Sauf que Dorante, a eu exactement la même idée. Chacun se présente alors sous son costume de valet, tandis que les valets vont prendre la place des maîtres. Le but est de savoir si l’autre est capable d’aimer sans condition…

Théâtre étranger 

Shakespeare, Roméo et Juliette (1597)

La très célèbre histoire de deux amants dont l’amour est impossible à cause de la rivalité entre leurs deux familles est racontée dans cette pièce de théâtre à lire absolument.

On passe à présent à la poésie française.

 

Je ne te conseille pas de lire ces recueils en entier, mais de prendre quelques poèmes, de temps en temps, et de les lire, peut-être à haute voix.

La Fontaine, Fables (1668 – 1694)

Evidemment, je sais que tu en connais déjà beaucoup, mais plonger dans ce recueil est l’occasion de découvrir de nouvelles fables toutes aussi drôles et instructives les unes que les autres.

Baudelaire, Les Fleurs du mal, 1857

De très beaux poèmes, où le poète raconte son déchirement entre le spleen, qui correspond à un état de détresse et de mélancolie, et l’idéal, qui correspond à l’état où le poète vit sa vie idéale.

Apollinaire, Alcools,  1913

Recueil qui montre la quête de modernité, le jeu avec la tradition, renouvellement formel de la poésie. Il explore plusieurs aspects de la poésie, aussi les déchirures liées aux ruptures amoureuses.

2) Les contemporains

Deux romans d’anticipation à connaître impérativement tellement ils sont visionnaires sur la société que nous connaissons actuellement :

 

Aldous Huxley, Le Meilleurs des mondes, 1932

Le Meilleur des Mondes décrit une société dont la stabilité repose sur le conditionnement social : chaque individu appartient à une caste, tout en bas les Epsilons puis les Deltas, les Gammas, les Bêtas et enfin les Alphas. A chaque groupe correspond une tâche dans la société. Aucun changement de groupe, ni de tâche ne sont possibles, ni même rêvés, puisque chaque individu est conditionné dans la prime enfance à se satisfaire de ce qu’il est génétiquement.

Les habitants sont heureux en apparence car ils consomment une sorte de drogue, le soma.

La civilisation décrite nous pousse à nous interroger sur notre propre société, notre rapport à la liberté, au progrès technologique, et au bonheur.

 

Georges Orwell, 1984, 1948

Il s'agit également d'une dystopie, qui décrit une société sous l’emprise d’un régime totalitaire, sous l’œil permanent de Big Brother. Le personnage principal Winston Smith tombe amoureux de Julia mais leur histoire d’amour interdite va être punie par le Parti.

Les trois slogans du parti sont :

La guerre c’est la paix

La liberté c’est l’esclavage

L’ignorance c’est la force

Evidemment, ce roman entraîne une profonde réflexion sur la société de surveillance, sur le progrès technologique, sur la manipulation de la réalité…

 

D'autres romans susceptibles de te plaire : 

Philippe Claudel, La Petite fille de Monsieur Linh, 2007

Ce court roman, accessible à tous, raconte l'histoire d'un vieil homme qui a fui son pays et la guerre, avec dans ses bras, sa petite fille, à peine âgée de 6 semaines.

La difficile adaptation dans son nouveau pays est racontée avec beaucoup de pudeur, de justesse et d'émotion.

C'est un livre percutant et bouleversant, qu'on lit d'une seule traite. La chute, surprenante et terriblement émouvante, t'obligera à le lire une seconde fois... 

 

Patrick Süskind, Le Parfum, 1988

Best-seller mondial, ce roman raconte l’histoire d’un homme nommé Jean-Baptiste Grenouille, qui est doté d’un don, celui d’avoir un nez unique au monde. Il veut devenir par des moyens absolument atroces le Dieu tout puissant de l’univers, car « qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le cœur des hommes. ». C'est une histoire à la fois abominable et drôle…

Philippe Besson, Les jours fragiles, 2004

Ce roman se présente comme le journal intime d’Isabelle, la sœur d’Arthur Rimbaud, jusqu’à ses dernières heures. Une manière d’avoir un autre regard sur la vie de ce grand poète du XIXème siècle.

 

Andrée Chedid, Le Message, 2000

L'histoire se passe dans une ville ravagée par la guerre. Elle raconte l’histoire de Marie, une jeune femme qui s’écroule brusquement en pleine rue alors qu’elle tente de rejoindre Steph pour célébrer leur réconciliation et le renouveau de leur amour. Le récit s’ouvre au moment où elle est atteinte par une balle.

Une histoire touchante, qui dénonce l’absurdité de la guerre et qui prend une dimension universelle.

 

Romain Gary, La Vie devant soi, 1975

Ce livre raconte l’histoire de Momo, jeune garçon arabe, qui vit chez Madame Rosa, vieille dame juive. Il est très plaisant à lire, avec des personnages d’horizon variés. L'ensemble est raconté par la voix de Momo, qui utilise un niveau de langage familier mais aussi des mots entendus dans son entourage, qu’il emploie maladroitement, ce qui donne souvent un effet détonant. Beaucoup d’humour noir ou juif, surprenant à lire.

Ce roman soulève également des questions sérieuses, comme celle de la différence, de la tolérance, et de la misère. Il essaie aussi de donner une définition à l’amour, comme question essentielle de la vie. Enfin, il met en avant des préoccupations existentialistes et nous interroge sur la condition humaine.

Un petit dernier, inclassable : 

Raymond Queneau, Exercices de style, 1947

Queneau raconte 99 fois la même histoire de base de manière différente…

Il s'agit d'un très bon livre pour comprendre l’importance des choix d’écriture et leur impact sur l’interprétation que l’on propose d’un texte. Finalement, c'est une bonne démonstration du lien entre le style du texte et le sens.