Le réalisme et le naturalisme

En cours de français, tu apprends à connaître les différents périodes qui constituent l’histoire littéraire. Tu dois ainsi connaître les différents mouvements et courants littéraires qui jalonnent notre Histoire et avoir des repères culturels et littéraires précis.

Le Réalisme et le Naturalisme font partie des mouvements littéraires et artistiques à connaître pour leur vision du monde qu'ils transmettent. 

Le réalisme

1) Dans quelle période se situe ce mouvement littéraire ? 

Apparu au milieu du XIXème siècle en réaction à l’idéologie romantique, le réalisme veut rendre compte du réel le plus objectivement possible. L’idéologie bourgeoise du XIXème siècle repose sur une confiance dans le progrès, une liberté de pensée et un anticléricalisme.  C’est elle qui va engendrer le réalisme.

 

2) Qui sont les auteurs et les œuvres représentatifs de ce mouvement ? 

Stendhal, Le Rouge et le Noir, 1830 : Stendhal fait figure de précurseur en s’inspirant d’un fait divers récent. « Un miroir est un roman qui se promène sur une grande route. Tantôt il reflète à vos yeux l’azur des cieux, tantôt la fange des bourbiers de la route »

Balzac, La Comédie humaine, 1842-1848 : Balzac se fait l’historien des mœurs de son temps.

Flaubert, Madame Bovary, 1857 : ce roman inspiré d’un fait divers fait scandale, il est traduit en justice pour outrage aux bonnes mœurs et à la morale publique. Les descriptions sont qualifiées de trop lascives et le comportement d’Emma Bovary est jugé immoral (adultère, suicide).

3) Quelles sont les principales idées de ce mouvement ? 

L’école réaliste commence dans les années 1850, c’est à ce moment que Champfleury en amorce la théorie : « reproduction exacte, complète, sincère du milieu où l’on vit, parce qu’une telle direction d’étude est justifiée par la raison ».

En 1857, on voit apparaître Madame Bovary de Flaubert qui constitue un véritable scandale. Flaubert devient donc le chef de file de cette nouvelle tendance, même s’il refuse cette étiquette de réaliste.

Ce mouvement consiste à lier écriture et réalité. Il a pour objectif de décrire la société dans sa dimension historique et sociale. Les écrivains se documentent, vont sur les lieux où vont se passer leur action.

Le naturalisme

1) Dans quelle période se situe ce mouvement littéraire ? 

Dans la continuité du réalisme, le naturalisme s’attache à peindre l’influence des milieux sociaux sur les individus, en adoptant une démarche expérimentale inspirée des dernières découvertes sur la folie et l’hérédité.

2) Qui sont les auteurs et les œuvres représentatifs de ce mouvement ? 

Zola, Les Rougon-Macquart : ce sont 20 romans parus dès 1871, dont le sous-titre programmatique est : Histoire naturelle d’une famille sous le Second Empire.

Maupassant, Pierre et Jean, 1888 : dans la préface, Maupassant formule son propre art du roman qui module les principes à l’origine du réalisme et du naturalisme : « Faire vrai consiste donc à donner l’illusion complète du vrai […] J’en conclus que les Réalistes de talent devraient plutôt s’appeler des Illusionnistes.»

3) Quelles sont les principales idées de ce mouvement ? 

 

Ce mouvement a été défini par Emile Zola dans son Roman expérimental (série d’articles de Zola regroupés), il dira à ce propos : "le naturalisme est purement une formule, la méthode analytique et expérimentale. […] on vous demande de chercher et de classer votre part de documents humains, de découvrir votre coin de vérité, grâce à la méthode. Ici, l’écrivain n’est encore qu’un homme de science. Sa personnalité d’artiste s’affirme ensuite par le style.". 

 

L’œuvre naturaliste s’appuie sur trois critères : la reproduction exacte de la vie, l’absence de héros (il met en scène des gens ordinaires), la disparition du romancier (focalisation interne, ce sont les personnages qui parlent et non le narrateur omniscient). L'imagination doit être bannie : Tous les efforts du romancier tendent à cacher l’imaginaire sous le réel.

Le naturalisme repose donc sur des méthodes scientifiques, l’écrivain se sert de documents, utilise un carnet pour écrire ce qu’il voit (la vie dans les mines, le milieu ouvrier). Il cherche par ses œuvres à exprimer le mal social.