Pierre Corneille

Le Cid, 1637

1) Le titre de l’œuvre

Le Cid

2) Le nom de l’auteur

Pierre Corneille (1606-1684) est un auteur chargé d’écrire pour le cardinal. Il s’illustre dans tous les genres mais reste célèbre pour ses tragédies. Il est le contemporain de Racine ou encore Molière.

3) La date de première représentation

La pièce est jouée pour la première fois en janvier 1637, en tant que tragi-comédie, au Théâtre du Marais (lieu plutôt réservé aux pièces modernes).
Elle met en scène un jeune chevalier déchiré entre l’amour et le devoir. Rodrigue est un héros tragique, animé par un courage jamais démenti, avec le sens de l’honneur, le souci de sa gloire. Mais sa situation le place dans un conflit entre les exigences de l’honneur et l’amour, ce dilemme exige de lui un sacrifice. C’est ce que l’on appelle un choix cornélien.
Elle rencontre un succès immédiat et reste encore aujourd’hui l’une des pièces les plus jouées (questionnements actuels sur le devoir, la fidélité, l’amour…).
Le Cid trouve son inspiration dans un texte dramatique espagnol récent (Las Mocedades del Cid de Guillén de Castro, 1621 = Les Enfances du Cid), lui-même inspiré d’une légende médiévale.
Le personnage principal est vu dans son intimité.
La question essentielle est celle de l’amour contrarié, au milieu d’une série d’exploits héroïques (duel, combat, etc.).
Cela reste une tragi-comédie simplifiée, qui évite trop de retournements et de spectacle.
Le Cid se termine bien.
En 1648, Corneille la transforme en tragédie et effectue des modifications pour la rendre conforme à la tragédie.

4) Le contexte historique et littéraire

Quel est le contexte historique ?
Le XVIIème siècle se caractérise par la volonté de consolider le pouvoir royal : la monarchie absolue se met en place. Louis XIII, puis Louis XIV concentrent tous les pouvoirs et essaient de maintenir sous contrôle tous les puissants du royaume. Pour promouvoir l’ordre et l’obéissance, les arts sont un moyen efficace. En 1634 est ainsi fondée l’Académie française, qui a pour but de définir les règles de la langue et de la littérature.
Quelle place a le théâtre au XVIIème siècle ?
La vie théâtrale est très importante au XVIIème siècle. C’est le siècle du classicisme, où règnent l’ordre et la raison. On retrouve trois genres principaux :
• La tragédie est le genre noble :
- en 5 actes,
- en alexandrins,
- dont le sujet est le plus souvent emprunté à la mythologie ou à l’Histoire,
- relatant des événements exceptionnels mais vraisemblables mettant en scène des personnages illustres : princes, rois, héros…
- respectant la règle des trois unités (temps, lieu, intrigue), les bienséances (pas de paroles ou gestes contraires aux bonnes mœurs, vraisemblances des actions et psychologies des personnages) et l’unité de ton,
- représentant une action dont le but revendiqué est d’exciter la terreur ou la pitié par le spectacle des passions humaines et des catastrophes qui en sont la fatale conséquence,
- enfin qui induit un dénouement associé à la mort, qui peut ou non être réalisé.
• La comédie est le genre plus léger :
- Les personnages sont ordinaires,
- Le sujet a trait à la sphère intime, familiale,
- Le but premier est de faire rire le public en se moquant des défauts des personnages,
- Les procédés comiques sont nombreux : comique de mots, comique de situation, comique de caractère, comique de gestes.
- La fin est le plus souvent heureuse.
- Molière lui redonne du prestige, en lui donnant l’objectif, de plaire et d’instruire à la fois. Castigat Ridendo Mores.
- La tragi-comédie est un genre hybride, qui mêle des éléments de l’un et l’autre genre, avec une intrigue dramatique et une fin heureuse. En d’autres termes, c’est une pièce dont l’action est complexe, spectaculaire et dans laquelle les personnages nobles voient leur amour contrarié par des obstacles qui disparaissent au dénouement.

5) La querelle du Cid

La pièce entraîne une querelle, appelée « querelle du Cid », jusqu’en 1660. C’est une grande polémique littéraire qui s’ouvre alors, faisant à la place à de nombreux pamphlets contre l’œuvre de Corneille mais aussi des défenses de celle-ci.
Corneille doit faire face aux jalousies de ses contemporains, qui estiment que l'œuvre ne respecte pas les règles théâtrales classiques.
Richelieu, avec lequel Corneille avait rompu toute relation, presse l'Académie française de prendre part au débat. Il en résulte que cette dernière admet les discordances de la pièce : accrocs à la vraisemblance, impudicité du personnage de Chimène qui nuit aux bienséances, personnage de l’Infante trop épisodique et extérieur à l’action. En revanche, l’Académie nie la possibilité de plagiat dont Corneille était accusé (il s’est inspiré de la pièce de Guillén de Castro, mais c’est alors chose courante à l’époque de transcrire des ouvrages étrangers et de les adapter à la scène française => Don Juan de Molière) et loue la mise en place du caractère du comte, du rôle de Don Sanche, ainsi que l’approbation des spectateurs devant l’expression des passions et des pensées.
En 1660, Corneille, qui, entre temps est devenu un auteur tragique reconnu (avec notamment le succès de sa pièce Horace en 1640), revient sur sa pièce, accepte les critiques, transforme sa pièce en tragédie et fait les modifications nécessaires pour qu’elle respecte les règles tragiques.

6) Les personnages de la pièce

• Don Rodrigue (Rodrigue), fils de Don Diègue et amant de Chimène. Cid est un surnom de guerre qui ne sera rappelé qu’aux actes IV et V et uniquement par le roi et l’Infante.

• Chimène, fille de Don Gomès et maîtresse de don Sanche et de don Rodrigue dont elle est aussi l’amante.

• Don Gomès (le comte), comte de Gormas et père de Chimène.

• Don Diègue [de Bivar], père de don Rodrigue.

• Doña Urraque (l’Infante), Infante de Castille [secrètement amoureuse de Rodrigue].
Infant d'Espagne est un titre avec prédicat d'altesse royale qui est attribué en Espagne aux enfants du roi ou reine et du prince ou princesse héritière au sein de la famille royale.

• Don Fernand, premier Roi de Castille.

• Don Sanche, amoureux de Chimène.

• Elvire, gouvernante de Chimène

• Léonor, gouvernante de l'Infante.

• Don Arias et don Alonse, gentilhommes castillans

7) Le résumé

La pièce est divisé en 5 actes, ainsi que l’exigent les règles classiques pour la tragédie.
- Le premier acte est celui de l’exposition :
1. Elvire, la suivante de Chimène, lui annonce que Don Gomès, son père, approuve le mariage de sa fille avec Rodrigue et que Don Gomès va aussi devenir le gouverneur (= conseiller) du prince de Castille. Chimène a un mauvais pressentiment qui l’empêche de laisser éclater sa joie.
2. L’Infante, qui aime Rodrigue mais ne peut l’épouser, a favorisé malgré sa souffrance l’amour de Rodrigue pour Chimène.
3. Don Diègue n’est pas choisi comme gouverneur, mais c’est don Gomès qui a été pris en raison de ses glorieux services passés. Don Diègue veut se battre mais est désarmé par le comte.
4. Don Diègue se lamente sur cet affront fait à son honneur, et sur son âge qui l’empêche de se battre.
5. Don Diègue invite alors son fils à le venger.
6. Stances de Rodrigue (Au théâtre, les stances sont une forme versifiée de monologue, marquées par un rythme particulier). C’est un cas de conscience pour Rodrigue : faut-il venger son père ou conserver l’amour de Chimène ?

- Le deuxième acte est celui de l’action qui se met en place :
1. Don Gomès, malgré la demande du roi, refuse de présenter ses excuses à Don Diègue.
2. Rodrigue le provoque en duel.
3. Chimène est déchirée : elle craint que leur amour ne soit en danger, pourtant elle ne pardonnerait pas à Rodrigue qu’il ne venge pas son père. En même temps, s’il tue son père, elle ne pourra pas l’épouser…L’Infante essaie de la réconforter.
4. Les deux femmes apprennent que Rodrigue et don Gomès sont sortis pour se battre.
5. L’Infante a espoir que si Rodrigue triomphe, il ne pourra plus épouser Chimène et acquerra une dignité qui lui permettra de l’épouser, elle.
6. Le roi, inquiet, se concentre sur les affaires de l’Etat et cherche à prévenir une invasion imminente des Maures.
7. Il apprend la mort de don Gomès.
8. Chimène supplie le roi de tuer Rodrigue, car il a tué son père.

- Le troisième acte est le nœud de la pièce, la situation atteint un point critique :
1. Rodrigue entre armé dans la maison de Chimène pour la voir. Elvire lui ordonne de se cacher.
2. Don Sanche vient offrir son bras à Chimène pour mettre en acte sa vengeance, elle refuse.
3. Chimène se plaint auprès d’Elvire d’être incapable d’haïr celui qui a tué son père.
4. Rodrigue se montre et offre sa vie. Les deux jeunes gens se plaignent de ne pouvoir vivre leur amour.
5. Don Diègue cherche Rodrigue, il s’inquiète de la justice royale et de la vengeance possible des hommes de la suite de don Gomès.
6. Rodrigue apparaît, don Diègue lui demande d’aller combattre les Maures afin de sauver l’Etat et de montrer au roi sa valeur personnelle, son pouvoir d’aristocrate capable de réunir une armée de fidèles et ainsi d’obtenir son pardon.

- Le quatrième acte est celui du suspens : le dramaturge retarde le dénouement pour faire durer la tension dramatique :
1. Chimène apprend le triomphe de Rodrigue sur l’armée des Maures. Elle s’en réjouit puis est à nouveau en colère.
2. L’Infante dit à Chimène qu’elle peut retirer son amour à Rodrigue mais qu’elle ne peut plus vouloir qu’il meure car c’est devenu un soutien précieux de l’Etat. Chimène s’obstine, même si elle est contente de l’exploit de Rodrigue.
3. Don Fernand félicite Rodrigue et lui demande de narrer ses exploits dans un récit épique; il devient Le Cid.
4. On annonce l’arrivée de Chimène qui vient demander justice.
5. Le roi, lassé de cette obstination, fait croire à Chimène que Rodrigue est mort au combat. Chimène défaille. Il lui avoue la vérité, mais Chimène devient encore plus tenace. Elle propose au roi un duel judiciaire, ce dernier accepte à condition qu’elle épouse le vainqueur. Don Sanche se met en avant pour être le champion de Chimène.

- Le dernier acte est celui du dénouement :
1. Rodrigue fait ses adieux à Chimène et lui annonce qu’il se laissera tuer. Chimène le supplie de se battre contre don Sanche.
2. Stances de l’Infante qui se lamente sur l’amour de Chimène et Rodrigue.
3. A sa suivante Léonor, l’Infante déclare qu’elle souffre toujours et qu’elle voit Rodrigue comme un parti possible.
4. Chimène confie à Elvire son angoisse.
5. Don Sanche apparaît portant l’épée de Rodrigue, Chimène le croit mort et laisse éclater sa souffrance et son amour.
6. Chimène est détrompée par don Fernand : Rodrigue avait envoyé don Sanche en messager. Le roi lui demande de pardonner.
7. L’Infante seconde les arguments du roi, Rodrigue entre pour à nouveau proposer sa tête. Chimène refuse la mort de Rodrigue. Don Fernand rend la justice : il convient des raisons de Chimène mais il souhaite marier les deux jeunes gens à condition que Rodrigue fasse allégeance à la couronne. Rodrigue doit aller une année combattre les Maures, puis à son retour, il pourra se marier avec Chimène.

Livre les Fleurs du Mal.jpg