Candide ou l’optimiste

Voltaire , 1759

1) Le titre de l’œuvre

Candide ou l’optimiste

2) Le nom de l’auteur

Voltaire

3) La date de parution

1759

4) Le contexte

Voltaire écrit au XVIIIe siècle. Ce siècle est marqué par les idées des philosophes des Lumières (comme Diderot, D’Alembert, Montesquieu, …) dont Voltaire lui-même fait partie. Les valeurs des Lumières sont liées à la liberté, en défendant les droits humains (contre l’esclavage) ou en revendiquant la liberté de pensée, d’expression, de culte. L’idée de tolérance est très importante. Sur le plan politique, les philosophes des Lumières luttent contre la monarchie absolue de droit divin. Ils prennent exemple sur la monarchie parlementaire anglaise, dans laquelle le roi n’a plus tous les pouvoirs. Dans l’idéal, il serait un despote éclairé, dont les décisions seraient prises grâce aux Lumières de la raison. De plus, les philosophes des Lumières revendiquent l’instruction du peuple afin de lutter contre l’obscurantisme et de faire régner la raison contre les superstitions, quelles qu’elles soient.

5) Résumé du conte philosophique

Candide, le héros éponyme, est un jeune garçon élevé dans un monde protégé du château de Westphalie, et sous la domination philosophique de Pangloss (« Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles »). Suite à son expulsion du château, son parcours initiatique à la découverte du monde le pousse à faire grandir sa réflexion au cours de ses expériences. Il va rencontrer beaucoup de malheurs avant de se détacher de sa naïveté et d’avoir une vision plus lucide sur le monde.

6) Les grands thèmes de l’œuvre

• Le voyage :
Au fil de ses voyages, des lieux découverts et des personnages rencontrés, le protagoniste découvre le monde comme il est. Candide trouve presque partout des sociétés à l’opposé de la peinture faite par Pangloss et de la vie protégée qu’il vivait en Westphalie.
• La philosophie
Les protagonistes du conte sont, pour certains, en quête philosophique. Candide confronte sans cesse les théories de Pangloss avec son expérience et avec les idées d’autres personnages comme Martin.
• L’intolérance
Elle est largement critiquée. Beaucoup de personnages sont punis pour leurs idées hérétiques.
• Le malheur
La guerre (dont il montre avec humour l’atrocité et l’absurdité) et toutes ses conséquences pour la population (la Vieille et Cunégonde, dans Candide, sont violées par des combattants), l’esclavage [plusieurs personnages de Candide, dont la Vieille, sont vendus], l’injustice sont des thèmes liées au malheur dans le conte philosophique.
• L’amour
Candide est souvent malheureux, déçu, trompé. L’objet de sa quête initiale est bien Cunégonde, qu’il perd sans cesse.
• La critique des monarchies absolues, soit en les mettant en scène, soit en mettant en scène des monarques idéaux, comme dans l’utopie de l’Eldorado, miroir critique de l’Occident.

7) Les spécificités de l’écriture

La narration : L’histoire (voyages, rencontres, …) est un « prétexte » pour faire passer le message philosophique qui prime sur la vraisemblance.
Les discours et discussions philosophiques : Certains personnages des contes exposent leur système de pensée (correspondant – souvent de manière caricaturale – à des systèmes philosophiques existants). La pensée de Pangloss est une caricature de celle de Leibniz, Martin est manichéen, … Le lecteur peut se faire une opinion en confrontant ces divers discours.
La « morale » : le message philosophique est énoncé explicitement à la fin du conte dans le chapitre 30 : « Il faut cultiver son jardin », à comprendre dans le sens concret comme figuré.

Pour conclure, le conte philosophique Candide est une œuvre de fiction qui se sert de l’ironie pour pousser son lecteur à réfléchir sur le monde et les valeurs qu’il connaît.

Livre les Fleurs du Mal.jpg